Halloween, fête des morts et autres esprits malveillants est l’occasion parfaite pour partir explorer les endroits les plus terrifiants d’Europe. Entre mystères inexpliqués et événements morbides, l’Europe regorge de châteaux, hôpitaux, églises ou cimetières qui vous feront vivre un Halloween dont vous ne ressortirez pas indemne. Cette tradition anglo-celte, depuis largement célébrée par les États-Unis et en Occident retrouve de fortes similitudes avec d’anciennes fêtes en France. Par exemple, depuis le début du XVe siècle, les enfants en Bretagne taillaient des visages dans des navets pour en faire des lanternes et effrayer les passants à la veille de la Toussaint, le 31 octobre. Bien sûr, depuis, Halloween est devenu une fête pour se déguiser, récolter des friandises et se faire peur avec des films d’horreur. Si vous souhaitez retourner aux origines d’Halloween et trembler de peur pour de vrai, voici une sélection d’endroits qui devraient vous plaire. Il ne vous reste plus qu’à prendre un bus pour Rouen ou l’avion pour Berlin !

 Abbaye de Mortemer, France

Goeuro_halloween_abbaye-mortemer

Abbaye de Mortemer – Flickr: stephane martin

L’Abbaye de Mortemer est considérée comme l’un des monuments les plus hantés de la France. C’est un ancien monastère cistercien construit en 1134 et situé près Lisors, non loin de Rouen. Beaucoup de légendes et d’histoires d’esprits sont associées à cet endroit, ce qui en fait un joyau pour les « chasseurs de fantômes » européens. Mathilde l’Emperesse a vécu dans l’abbaye pendant 5 ans, confinée dans sa chambre par son père Henri Ier Beauclerc. Après sa mort, elle serait retournée dans son ancienne demeure et son fantôme est désormais connu sous le nom de la «Dame Blanche». Une autre légende raconte que quatre moines auraient été tués au cours de la Révolution française et rôderaient toujours aux alentours. De même si vous voyez un chat noir près de l’abbaye, il se peut que ce soit un gobelin protégeant le trésor de l’abbaye de Mortemer. Compte-tenu de ces activités paranormales, le bâtiment a été exorcisé en 1921, sans succès.

  • Traditions d’Halloween cette fête de la peur a beaucoup gagné en popularité ces dernières décennies en France, les enfants font parfois la chasse aux bonbons et les gens se déguisent très volontiers.
  • Où faire la fête ? La ville de Rouen organise de nombreuses activités dédiées à Halloween en journée et vous trouverez sûrement de nombreux bars et discothèques qui proposent des soirées à thèmes.
  • Comment s’y rendre ? Vous pouvez rejoindre l’abbaye par la route, elle est située près de Lysons-la-forêt.
  • Entrée : visiter l’abbaye de 13 h 30 à 18 h les weekends et jours fériés, comptez 6 € pour les adultes, 4 € pour les enfants de 6 à 14 ans et l’entrée est gratuite pour les moins de 6 ans.
  • Comment s’équiper ? Pensez à prendre une lampe de poche pour assister à la Nuit des Fantômes !
  • Niveau d’horreur : 8/10

Pluckley, Royaume-Uni

Goeuro_halloween_pluckley

Pluckley, Kent – Google Images : Stephen Nunney

Pluckley est considéré comme le village le plus hanté d’Angleterre, titre honorifique qui lui a été remis par le Guinness des Records en 1989. Ce village est situé dans le sud-est du Royaume-Uni, près d’Ashford dans le Kent et renferme de nombreuses histoires et légendes effrayantes qui datent de plusieurs centaines d’années. Entre 12 à 15 histoires de fantômes, relayées par la voix populaire ont été recensées dans le village, ce qui en fait un lieu plus approprié pour les curieux qui veulent en savoir plus sur les histoires que pour les aventuriers à la recherche de sensations fortes. Si vous voulez y séjourner pour une nuit, vous pouvez réserver une chambre au Elvey Farm, demeure datant du XIIIe siècle, et dans laquelle il est dit que son ancien propriétaire s’est suicidé, la rumeur dit également que l’on peut entendre un murmure, les dernières paroles qu’il aurait prononcées avec de mourir.

D’autres histoires célèbres incluent une femme âgée qui serait morte brûlée-vive en s’endormant avec une pipe allumée et qui apparaîtrait désormais lorsqu’il y a du brouillard près du pont Pinnock ; un cheval fantomatique tirant un chariot en se promenant sur les routes locales ; un bandit qui aurait été assassiné et cloué à un arbre avec une épée, sans compter les forêts dans lesquelles se font parfois entendre des pleurs ou des cris à vous glacer le sang. Si vous visitez l’ancienne usine de briques, vous pouvez entendre d’autres cris : ceux d’un employé décédé pendant son travail, et si vous osez vous engagez dans l’église ou dans le cimetière, vous pourriez tomber sur la Dame Rouge (dont le fantôme vague depuis le XIIe siècle) ou la Dame Blanche.

  • Traditions d’Halloween : la chasse aux fantômes, pour les professionnels et les amateurs.
  • Où faire la fête ? Le Pub Black Horse qui propose un menu spécial Halloween servi le 31 Octobre dans lequel chaque plat porte le nom d’une histoire locale.
  • Comment s’y rendre ? Le village est facilement accessible en voiture, en train (la gare est à 2 km du village) ou à pied, vous pouvez longer un des sentiers menant au village et vous assurez une promenade macabre.
  • Accueil : les villageois sont très ouverts et accueillent les visiteurs avec chaleur, de plus certains pubs et hôtels bed & breakfasts organisent des excursions locales et « des visites de fantômes ».
  • Comment s’équiper ? Prenez absolument un appareil photo pour prendre des photos de la beauté des paysages et « chasser » les esprits. N’oubliez pas la lampe de poche pour la promenade de nuit dans les bois des Screaming Woods.
  • Niveau d’horreur : 5/10

Beelitz-Heilstätten, Allemagne

Goeuro_halloween_beelitz-heilstaetten

Beelitz-Heilstätten – Flickr : Thomas Geersing

Beelitz Heilstätten était un hôpital à Beelitz, près de Berlin, et entre 1898 et 1930. Dans l’institut étaient admis les patients souffrant de maladies pulmonaires incurables telles que la tuberculose. Plus tard, il servit d’hôpital militaire pendant les deux guerres mondiales puis d’hôpital civil pendant la période soviétique jusqu’en 1994. La zone se compose de 60 bâtiments et est aujourd’hui l’un des endroits hantés les plus visités d’Allemagne. Les visiteurs ont parlé de phénomènes étranges dans les tunnels souterrains qui relient les bâtiments, en particulier dans celui dédié à la chirurgie. Ces phénomènes comprennent des baisses soudaines de température, des cris ou chuchotements dans les recoins, des bruits étranges (à ce que l’on raconte) dans les chambres vides et autres phénomènes de ce genre. Cela a attiré l’attention de certains chasseurs de fantômes professionnels qui ont enquêté sur l’endroit à plusieurs reprises. Les bâtiments, sont aujourd’hui à l’abandon mais une aura sombre plane sur ce lieu et fait écho aux histoires horribles qui ont eu lieu dans la région, comme le cas de “la Bête de Beelitz” en 1989, un policier qui a assassiné 6 personnes en 2008 ou encore un scientifique qui a tué une jeune fille de 20 ans. Cependant, tout n’y est pas qu’horreur et obscurité puisque parmi les quelques 60 bâtiments, certains ont été restaurés et sont devenus des appartements, des hôtels ou encore des restaurants.

  • Traditions d’Halloween : le trick or treat (Farce ou friandise) dans le quartier traditionnel. Si vous venez à Berlin, vous trouverez de très nombreuses fêtes costumées .
  • Où faire la fête ? L’ancien bâtiment de la chirurgie est connu pour ses fêtes secrètes pour Halloween et la Nuit de Walpurgis (ou «Nuit des sorcières» célébrée le 30 Avril), malgré leur célébrité, elles sont illégales et peuvent présenter un danger. Il est préférable que vous vous renseigniez sur les festivals et soirées qui ont lieu à Berlin ce soir-là, par exemple à la Kulturbrauerei.
  • Comment s’y rendre ? L’Hôpital est facilement accessible par le train régional en provenance de Berlin, prendre la ligne RE7 et arrêtez-vous à Beelitz-Heilstätten.
  • Entrée : deux visites guidées disponibles à un prix de 5 euros. Nous ne vous recommandons pas de visitez l’endroit par vos propres moyens, les bâtiments sont vieux et menacent de s’effondrer.
  • Comment s’équiper ? Prenez un appareil photo, les photos seront spectaculaires. Sinon, laissez votre peur à la maison !
  • Niveau d’horreur : 8/10

 Château Miranda, Belgique

Goeuro_halloween_chateau

Château Miranda – Flickr : Bert Kaufmann

Le Château Miranda est un château dans la Province de Namur, construit en 1866 et conçu par l’architecte anglais Milner. Il connu des utilisations très différentes tout au long de son histoire, la plus célèbre étant l’orphelinat. Le site est tombé en désuétude en 1991 et depuis lors, a été détérioré, la plupart de ses 500 majestueuses fenêtres sont cassées et les pièces délabrées. La municipalité de Celles a offert de racheter le château, mais la famille ne souhaite pas encore s’en séparer. Cette famille y vécu jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, l’endroit fut ensuite utilisé comme orphelinat et devint un centre d’activités sportives pour les enfants en 1980. Les habitants prétendent qu’une femme en blanc se promène autour du château. L’histoire raconte que son fantôme croit que le château lui appartient, les visiteurs pourront peut-être l’apercevoir du haut de la tour.

  • Traditions d’Halloween : au cours des dernières années, ce château est devenu très populaire en Belgique, où les enfants partent à la chasse aux friandises pendant les vacances scolaires.
  • Où faire la fête ? Vous ne trouverez rien dans le château pour faire la fête car c’est toujours une propriété privée. Cependant, dans les villages environnants, vous pouvez trouver des soirées à thème.
  • Comment s’y rendre ? Il est assez difficile d’accès, vous pouvez y rendre en voiture à partir de la ville de Celles.
  • Entrée : depuis un an environ, une clôture a été élevée pour protéger le château mais il est toujours possible de trouver des entrées dissimulées.
  • Comment s’équiper ? Emportez un objet à offrir au fantôme afin de ne pas vous attirer ses foudres !
  • Niveau d’horreur : 7/10

 Château de Waardenburg, Pays-Bas

Goeuro_halloween_waardenburg

Kasteel Waardenburg – Wikimedia Commons : Bert Kaufmann

Le château de Waardenburg a été construit en 1265, et est devenu célèbre grâce à la légende de Faust. Le Dr. Faust Tabajaras Johan aurait découvert la pierre philosophale dans ce château et la légende veut qu’il ait fait un pacte avec le diable pour lui venir en aide. Dans cette légende, le diable apparaît sous la forme de Joost, son assistant, et l’alliance consistait en ce que le diable aiderait Faust pendant 7 ans en échange de son âme. Pendant ce temps, Faust fit faire à son assistant des choses spectaculaires et impossibles dans le but de créer une aura de mystère autour de sa personne, il aurait réussi à créer un pont afin que lorsque Faust l’emprunte, il se détruise sur son passage. À la fin des 7 années, tout ce qui restait de Faust était un peu de ses cheveux accrochés à une fenêtre et des gouttes de son sang sur les murs qui n’auraient jamais disparues. Les chambres du château sont les plus inquiétantes, selon les employés actuels, ils apercevraient parfois des visages dans les fenêtres, entendraient des pas dans les couloirs vides ou découvriraient des objets s’étant déplacés tout seul.

  • Traditions d’Halloween : cette fête n’est pas très populaire aux Pays-Bas, où elle est plus célébrée sous son aspect commercial. Certains clubs utilisent le thème pour des soirées spéciales Halloween et certains enfants font tout de même parfois la chasse aux bonbons dans leurs quartiers.
  • Où faire la fête ? Il n’y a pas de soirée particulière dans le château ou ses environs, mais vous trouverez des bars et autres dans les villes voisines.
  • Comment s’y rendre ? Il est facile de voir le château de l’extérieur, mais l’accès aux chambres est interdit.
  • Entrée : Vous ne pouvez entrer dans le château que lors des Journées du Patrimoine, mais vous pouvez l’admirer de l’extérieur.
  • Comment s’équiper ? Prenez un appareil photo avec un bon zoom et peut-être un crucifix pour conjurer les présences sataniques…
  • Niveau d’horreur : 8/10

Ochate, Espagne

Goeuro_halloween_ochate

Ochate, Burgos – Flickr : Ochate.com

Une petite ville connue pour avoir été inhabitée par deux fois dans son histoire, un fait qui lui a valu le surnom de “village maudit”. La première fois que le village a disparu au XIIIe siècle, l’exode de ses habitants a duré deux cents ans. Au XIXe siècle, selon la légende, il a été abandonné après que les habitants aient subit trois épidémies consécutives horribles qui ont décimé sa population en 1860, 1864 et 1870 : la variole, le typhus et le choléra. La chose la plus étrange à propos de ces épidémies est que les dates ne correspondent pas à la peste qui a ravagé les villages voisins. La multitude d’histoires sur les phénomènes paranormaux dans la région Ochate en ont fait un lieu pèlerinage pour les amateurs du genre. Il est devenu particulièrement célèbre dans les années 80, quand certains habitants ont dit avoir aperçu un OVNI. Les disparitions, les combustion spontanées, d’étranges apparitions, des faisceaux de lumières et même la disparition temporaire de toute une unité militaire qui étaient sur des manœuvres dans la région sont quelques-uns des exemples de phénomènes qui ont été répertoriés dans ce village mystérieux.

  • Traditions d’Halloween : l’Espagne ne célèbre pas vraiment Halloween, mais la Fête des Morts, le 1er novembre.
  • Où faire la fête ? Vous trouverez de nombreuses fêtes costumées dans les environs, mais pas de chasse aux bonbons comme nous les connaissons chez nous.
  • Comment s’y rendre ? Le village n’est pas très facile d’accès. Vous saurez que vous êtes à proximité quand vous verrez la Tour de San Miguel, l’un des rares bâtiments encore debout (et apparemment, l’endroit où vous entendrez le plus de sons étranges). Le village est à 33 km de Miranda del Ebro, à 14 km de Vitoria et la ville la plus proche est Imiruri.
  • Entrée : vous pouvez visiter la ville à vos risques et périls, mais soyez conscients du risque de combustion spontanée !
  • Comment s’équiper ? Prenez un appareil photo pour prendre des photos de la tour impressionnante et de la chapelle qui peut encore être visitée ainsi que les nécropoles médiévales situées en périphérie.
  • Niveau d’horreur : 8/10

Jardin botanique de Lucques, Italie

Goeuro_halloween_lucca

Lago di Lucca – Flickr : Gerry Labrijn

Lucida Mansi était une noble dame qui vivait à Lucques au XVIIe siècle . Elle était aussi belle que cruelle et avait pour habitude d’assassiner ses amants. Après avoir passé la nuit avec eux, elle les faisait tomber dans un piège avec des lames tranchantes. Un matin, elle se regarde dans le miroir et découvre avec horreur sa premier ride, le signe qu’elle vieillissait et que sa beauté pouvait faner. Elle pleura, c’est alors que le diable lui apparut et lui offrit 30 autres années de jeunesse en échange de son âme. Lucida accepta et continua de vivre comme avant, de dépenser son argent et de prendre un nouvel amant tous les soirs. Dans la nuit du 14 août 1646, le diable revint revendiquer l’âme de Lucida, qui tenta alors de s’échapper mais fut rattrapée et enlevée dans un carrosse en flammes puis disparut dans le lac de Lucques.

Si vous allez au lac, situé dans le Jardin botanique de Lucques et regardez attentivement, vous verrez le visage terrifié de Lucida dans les eaux. Certains témoins affirment avoir vu le carrosse en feu à minuit. On ne sait pas avec certitude qui était Lucida dans la vraie vie, mais il se murmure qu’elle était Lucida Saminiati (1606-1646), mariée à Vincenzo Diversi, puis à Gaspare di Nicolao Mansi.

  • Traditions d’Halloween : l’Italie ne célèbre pas traditionnellement Halloween, mais célèbre la Toussaint (Ognissanti ou Giorno di tutti i santi) et la Commémorations des défunts (Commemorazione dei defunti), respectivement le 1er et 2 novembre .
  • Où faire la fête ? Comme en Espagne, Halloween est une excuse pour des soirées à thème dans les discothèques et les bars, mais pas plus.
  • Comment s’y rendre ? Il est facile de visiter le Jardin botanique de Lucques et le lac, à moins d’1 km de la gare de Lucques.
  • Entrée : si vous y allez en journée, vous n’aurez certainement pas peur. Par contre, si vous osez y aller à minuit … nous ne sommes pas responsables de ce que vous pourrez y trouver ! Dans tous les cas, en famille, l’histoire de Lucida devrait bien effrayer les plus petits !
  • Comment s’équiper ? Prenez un appareil photo pour photographier la belle Lucida ou le magnifique jardin botanique si vous ne voyez pas le beau fantôme.
  • Niveau d’horreur : 6/10

Le cimetière des Sans-Nom, Autriche

Goeuro_halloween_cimetiere_vienne

Friedhof der Namenlosen – Wikimedia Commons : Lydia Platzer

Le Cimetière des Sans-Nom est l’un des endroits les plus hantés d’Autriche, et c’est beaucoup dire à propos d’un pays qui regorge de châteaux aux histoires surnaturelles. Son histoire fait froid dans le dos. Ce cimetière, sur les bords du Danube près de Vienne, est peuplé de corps repêchés dans le Danube entre 1845 et 1940, les corps de personnes qui se sont noyées pour des raisons obscures, suicides ou assassinats. Le courant de la rivière est tel que les corps sont attirés et touchent terre à cet endroit précis, ce qui est à l’origine du cimetière. Nombre des corps n’ont pu être identifiés, de sorte que de nombreuses tombes sont anonymes. On estime que sur les 104 noyés reposant dans ce cimetière, 61 seulement sont vraiment « sans nom ».

  • Traditions d’Halloween : À cette époque une récolte de citrouilles est traditionnellement célébrée, les Autrichiens ont pour autre tradition de laisser un peu de pain et d’eau pour les morts ce soir-là. Dans les jours suivants, pour la Toussaint ou d’autres festivités, la tradition veut que l’on se souvienne des morts et également des Sans-Nom qui peuplent ce cimetière.
  • Où faire la fête ? Pour trouver des soirées à thème, vous devez aller à Vienne qui possède de nombreux bars et boîtes de nuit.
  • Comment s’y rendre ? Le cimetière est assez facile d’accès, l’endroit est proche du canal du Danube mais le cimetière lui-même est un peu difficile à trouver compte-tenu de sa petite taille. Évitez d’y aller le soir, car il n’y a pas de lumière à proximité.
  • Entrée : l’entrée est gratuite !
  • Comment s’équiper ? Si vous décidez de ne pas suivre nos conseils et d’y aller quand même le soir, prenez une lampe de poche !
  • Niveau d’horreur : 5/10

Quinta das Lágrimas, Portugal

 Goeuro_halloween_quinta-das-lagrimas.

Quinta das Lagrimas – Wikipedia : Carlos Luis M C da Cruz

C’est aujourd’hui un hôtel de luxe, mais au XIVe siècle, la Quinta des larmes, à Coimbra fut le théâtre de l’histoire tragique et romantique de l’amour interdit entre le prince Pedro et Inès de Castro. Le Prince était l’héritier du trône portugais et galicien, elle était fille de nobles. Leur relation ne fut pas acceptée par l’aristocratie portugaise, ni par le père de Pedro, le roi Afonso. Il ordonna alors l’assassinat de la jeune femme, et l’on dit qu’Inès aurait versé ses dernières larmes dans la Fontaine, qui a alors donné son nom à cet endroit : “Quinta das Lágrimas” (Le Domaine des Larmes), dont les pierres seront pour toujours teintées de rouge par son sang versé. Pedro fut couronné roi du Portugal en 1357, il avoue alors qu’il avait secrètement épousé Inès avant sa mort, faisant d’elle la «Reine Posthume “. La légende veut qu’il ait ordonné d’exhumer le corps de sa bien-aimée,qu’il l’ait habillée et forcé toute la cour à rendre hommage à leur nouvelle reine en baisant sa main de cadavre décomposé.

Plus tard, en 1361, Pedro réussit à capturer deux des assassins de sa femme, il les exécuta publiquement et leur arracha le cœur, affirmant qu’ils n’en possédaient pas puisqu’ils avaient tué l’amour de sa vie. L’hôtel aujourd’hui évoque l’histoire tragique, et lorsque vous vous promènerez à travers les jardins et autour de la fontaine, vous pourrez ressentir le déchirement de ces amants séparés par la mort.

  • Traditions d’Halloween : De même qu’en Espagne, les Portugais célèbrent le « Dia dos Finados » le 1er Novembre (Jour des Morts), et dans les petites villes, lors des cortèges funèbres, les gens se déguisent en noir et les familles marchent dans les cimetières pour honorer leurs morts. Dans certains villages où les voisins se connaissent, vous pouvez retrouver la tradition de la chasse aux bonbons.
  • Où faire la fête ? De nombreuses soirées costumées dans les grandes villes.
  • Comment s’y rendre ? L’accès est facile, le domaine étant situé dans le centre de Coimbra.
  • Entrée : si le budget ne vous autorise pas à réserver une chambre dans cet hôtel de luxe, vous pouvez toujours profiter du spa, de l’amphithéâtre ou de la bibliothèque.
  • Comment s’équiper ? Pas d’équipement spécifique, emportez simplement votre bonne humeur et peut-être votre partenaire pour profiter du spa.
  • Niveau d’horreur : 6/10

Château de Bran & Forêt de Hoia Baciu, Roumanie

Goeuro_halloween_chateau-bran

Château de Bran – Flickr : Kyle Taylor

La Roumanie est le théâtre d’une des plus célèbres histoires d’horreur du monde : celle du comte Dracula. Le roman de Bram Stoker, affirme que Dracula aurait vécu dans le château de Bran, et en fait la description dans le livre basé sur les histoires d’écrivains locaux. Construit en 1388, le château aurait servi de base défensive. Il est situé sur une colline et est de style sombre et médiéval, ce qui le rend idéal pour tout amateur de littérature d’horreur souhaitant passer un Halloween terrifiant.

La Roumanie possède également la mystérieuse forêt de Hoia Baciu, probablement la plus hantée du  monde. Elle est située à la périphérie de la grande ville de Cluj-Napoca, et est nommée d’après un berger qui y aurait disparu ainsi que tout son troupeau. Les gens qui la visitent rapportent des phénomènes étranges, tels que des brûlures et des éruptions cutanées. La forêt est composée d’arbres et de plantes d’apparence tordue et peu commune, on pourrait se croire dans un film de Tim Burton ! De plus, des témoins prétendent avoir vu des ovnis et autres phénomènes paranormaux. Afin de vraiment vous faire peur, rendez-vous dans le cercle parfait au sein de la forêt où aucune plante ne pousse.

  • Traditions d’Halloween : la Roumanie n’a pas vraiment de traditions spécifiques pour cette fête, en dehors de celles liées à Dracula, qui sont généralement célébrées à la San Andrés (Nuit des Vampires) à la fin Novembre.
  • Où faire la fête ? Certaines soirées dans les grandes villes, et soirée spéciale dans le château.
  • Comment s’y rendre ? Le château est facilement accessible, la forêt beaucoup moins, vous devrez vous y rendre à pied à partir de Cluj-Napoca.
  • Entrée : l’entrée du château coûte 50 RON (environ 10 €) , 70 RON (15 €) si vous décidez de rester pour la fête. L’entrée de la Forêt de Hoia Baciu est gratuite, mais à vos risques et périls…
  • Comment s’équiper ? Pour le château, emportez avec vous le livre de Dracula pour revivre l’histoire tragique. Pour la forêt, emportez une carte, en espérant que vous pourrez en ressortir indemne !
  • Niveau d’horreur : Château 4/10, la forêt … 10/10 !

La photo de couverture est de ChristophM1967, sur Flickr.