Londres abrite une multitude de bars gays fabuleux et extravagants. Crédit : The Glory

Les meilleurs bars gays de Londres pour la Marche des fiertés

À la recherche d’un bar gay ? La capitale britannique remporte la palme (couleur arc-en-ciel) en matière d'endroits gay-friendly ! Pendant le Pride Month (le mois des Fiertés), rejoignez-nous pour une visite des bars gays de Londres.

Published 06/01/2022 by Inés Barús

Les relations sexuelles entre deux hommes adultes consentants (à l’époque, âgés de plus de 21 ans) étaient illégales au Royaume-Uni jusqu’en 1967, date à laquelle la loi sur les délits sexuels les a dépénalisées. Cela peut sembler scandaleux au XXIe siècle, mais la triste réalité est que de nombreux pays pénalisent encore le fait d’être homosexuel, certains allant même jusqu’à la peine capitale. Ce fait, ainsi que l’augmentation effrayante du nombre de crimes et d’attaques haineuses auxquels nous assistons depuis quelques années, rendent la célébration de la Marche des fiertés plus actuelle que jamais. Mais qu’est ce que le Pride Month, et comment est-il célébré ? S’il y a bien des personnes qui savent la fêter, ce sont bien les Londoniens !


La communauté LGBTQ+ est active à Londres depuis de nombreuses décennies, les premiers spectacles de drag-queen ayant eu lieu dès les années 1880. Cet acte de résistance par l’art et la moquerie des rôles traditionnels des sexes est encore prédominant dans les bars gays londoniens d’aujourd’hui. La ville est quadrillée d’endroits LGBTQ+-friendly sûrs et de représentation des homosexuels, avec une variété d’options pour tous.


Parmi les nombreux clubs et bars gays de Londres, nous avons sélectionné nos préférés, des lieux queer emblématiques aux adresses plus récentes où chacun peut être qui il veut. Si vous êtes hétéro, ne venez pas pour un enterrement de vie de garçon ou de jeune fille ! Il est temps de jouer la carte de l’audace avec les meilleurs bars gay de Londres pour la Marche des fiertés 2022.

London

Place au brunch : Dalston Superstore

Ce club gay est à la fois une salle de cabaret, un café, une galerie et un centre communautaire pour ses voisins LGBTQ+. Le Dalston Superstore, situé dans le quartier branché et diversifié de Dalston, a ouvert ses portes en 2009 et se veut inclusif (tout le monde est le bienvenu, quelle que soit son orientation sexuelle). Le bar est très axé sur la musique, et propose des soirées à thème tout au long de la semaine, des spectacles de drag queen et même une résidence au festival de Glastonbury.


Imaginez : des lumières tamisées, une ambiance sulfureuse, des toilettes unisexes, des cocktails à base de sirop d’érable, mais aussi de l’électro, du disco, de la house et, bien sûr, des ballades pop ringardes. Ce qui confère au Dalston Superstore son statut culte, c’est son Drag Brunch du week-end, qui a lieu le samedi et le dimanche de midi à 17 heures et qui propose des jeux, des quiz et des spectacles hors du commun ! Assurez-vous d’obtenir un billet à l’avance et apportez votre carte d’identité, car elle vous sera demandée à l’entrée.


Le Dalston Superstore est accessible aux fauteuils roulants grâce à une rampe d’accès à l’entrée et propose des hamburgers et autres produits de base d’Essential Vegan, un ancien établissement de Shoreditch. Vous n’aimez pas les cocktails ? Savourez un verre de vin ou une bière. Vous ne buvez pas d’alcool ? Prenez une boisson chaude revigorante parmi la sélection de thés et de cafés.


Le sous-sol du Dalston Superstore est l’endroit où il faut être à la fin de la nuit pendant la Marche des fiertés, alors voyez cela comme un circuit en boucle : vous pouvez commencer la journée par un brunch et revenir pour une dernière danse.


Les olympiades du drag : The Glory

The Glory, à Haggerston, a l’allure d’un pub de l’East End, mais abrite une salle de spectacles pour homosexuels, avec une discothèque au sous-sol. Propriété des légendaires drag-queens londoniens Jonny Woo et John Sizzle, ainsi que du fêtard Colin Rothbart, The Glory peut se vanter de fédérer une équipe de créatifs influents prêts à partager leur connaissance infinie de la scène queer de la ville. Demandez-leur des conseils sur ce qu’il faut faire, voir, manger et boire à Londres et ils se feront un plaisir de vous aider.


Le Glory fonctionne selon le principe du premier arrivé, premier servi, alors assurez-vous de vous présenter tôt les soirs de week-end : Les vendredis sont consacrés aux drag disco, les samedis aux Glory Lates (une soirée cabaret) et les dimanches au « salon » animé par la princesse Julia en personne. Julia est une célèbre DJ et journaliste musicale qui fait partie de la scène queer londonienne depuis les années 80, lorsqu’elle était membre des Blitz Kids aux côtés du jeune Boy George.


Rendez-vous ici pour assister au plus grand concours de drag queens de Londres : LIPSYNC 1000. Lancé il y a 15 ans, le concours voit défiler 150 reines qui tentent de décrocher un grand prix en espèces, avec une grande finale et des juges célèbres tels que Kelly Osbourne ou Nick Grisham. Son événement jumeau, Man Up, une compétition pour les drag kings, a été organisé pour la première fois en 2015. Profitez de ces soirées en sirotant l’un de leurs cocktails, ou choisissez parmi sa sélection de bières et de vins.


L’établissement historique : Royal Vauxhall Tavern

Datant de 1865 et reconstruite après la Seconde Guerre mondiale pour les militaires de retour au pays, la Royal Vauxhall Tavern est un lieu de cabaret LGBTQ+ et primé depuis le début des années 1980. Ce n’est pas un bar gay comme les autres à Londres. L’endroit où Freddie Mercury a fait entrer clandestinement la princesse Diana en travesti est fier de proposer toutes sortes de spectacles live de la scène locale et nationale.

Ce lieu intime dispose de sièges de théâtre, d’une scène, d’un son et d’un éclairage de qualité. Venez pour les spectacles, restez pour l’histoire ! La Royal Vauxhall Tavern est fière de proposer l’un des programmes de spectacles les plus variés de la capitale, et se considère comme une marque indépendante et dynamique, dotée de son propre merchandising. À l’occasion de la Marche des fiertés, ne manquez pas le légendaire club « Duckie », qui accueille des DJ et du théâtre expérimental extravagant, défini par son créateur Simon Casson comme « des hommes habillés en femmes habillées en chiens habillés en chats ».

Ouvert tous les soirs de la semaine, le lieu applique une politique de tolérance zéro à l’égard de toute forme d’intolérance et a signé la Charte pour la Sécurité des Femmes la Nuit, une initiative qui forme le personnel à améliorer les niveaux de sécurité pour les clients qui s’identifient à des femmes, à la nuit tombée. La Royal Vauxhall Tavern est accessible aux fauteuils roulants, mais vous devrez réserver à l’avance pour vous assurer une place assise.


Connu dans les années 80 comme le « Palladium des drags » (avec des résidences de queens légendaires telles que Lily Savage ou Dame Edna), le pub a vu l’histoire des gays londoniens défiler depuis l’émergence du London Gay Liberation Front (1970), la toute première Pride (1972) et la crise du sida dans les années 80 et 90. Le public varie en fonction de la nuit, mais un jour de semaine normal, il s’oriente vers un public plus âgé, parfait pour échapper aux jeunes gays accros à TikTok et faire la fête comme en 1999 !


London

Le symbole de la résistance : Admiral Duncan

Situé à Soho, ce petit lieu regorge de paillettes et d’une atmosphère conviviale tous les soirs de la semaine. Bien qu’il soit situé au centre de Londres, l’Amiral Duncan a conservé des prix raisonnables et une ambiance de quartier. Voyez cet établissement comme votre pub gay local où le personnel vous appelle par votre nom et sait quelle est votre boisson préférée.


L’Admiral Duncan est l’un des plus anciens pubs gay de Soho. Il est devenu un espace LGBTQ+ dans les années 80, mais le bâtiment où il se trouve date de 1833. Malheureusement, il est devenu tristement célèbre après qu’un terroriste néo-nazi a fait exploser la salle en 1999, faisant trois morts et 70 blessés. Le pub s’est redressé et incarne aujourd’hui un symbole poignant de la résistance des homosexuels face à la haine. Les victimes sont commémorées sur une plaque près du bar. Libre à vous de porter un toast en leur honneur et de perpétuer leur souvenir.

Allez à l’Admiral Duncan pour prendre un verre en journée ou rendez-lui visite le soir, quand il est en pleine effervescence. Sa petite piste de danse est remplie de visages chaleureux qui dansent sur des tubes pop classiques ou de la musique latino jusqu’au petit matin. Les résidents Ruby Violet, Candy Heals, Mrs Moore ou Sandra prennent le micro pour quelques sketchs ou des synchronisations labiales impeccables et extravagantes. Le pub fait de la sécurité sa priorité, en fournissant des couvercles pour les boissons afin d’éviter la drogue du viol, tandis que des membres du Guest Support sont prêts à intervenir si quelqu’un fait un malaise.


Le coquin : Metropolis

N’oubliez pas de vous munir d’une pièce d’identité lorsque vous vous rendez au Metropolis à Bethnal Green : cette oasis de débauche et de plaisir est exclusivement réservée aux 18 ans et plus. Le lieu fait office de club gay le week-end, mais en semaine, c’est un club de strip-tease. Les Londoniens profitent de cet espace depuis son ouverture en 1861 sous le nom de The Arabian Arms, transformé en Metropolis 120 ans plus tard, en 1991.


Réparti sur cinq étages, ce club grandiloquent dispose de plusieurs zones pouvant être réservées pour des fêtes privées (bars et sets de DJ inclus) : le sous-sol, la plage, les pistes de danse diverses et variées et les balcons – l’idéal pour avoir son espace privé sans manquer ce qui se passe sur la piste de danse. De nombreux lancements de magazines londoniens branchés ont eu lieu au Metropolis, ainsi que des concerts de toutes sortes.


La soirée la plus célèbre est sans doute « Harpie’s », alias le premier club de strip-tease LGBTQ+ du Royaume-Uni, qui a lieu le vendredi. Venez bouger sur du bashment, des airs de carnaval et du dancehall le samedi au Trash Palace ou au A Disco in a Strip Club. Et le public ? À l’image d’un club queer berlinois, Metropolis accueille les gays, les lesbiennes et toutes les lettres de l’acronyme LGBTQ+. Attendez-vous à des gens curieux et ayant un penchant pour l’hédonisme. Tout le monde trouve son compte au Metropolis !

London