Durabilité

Bienvenue dans la nouvelle édition du magazine The Window Seat. Dans ce numéro, nous parlons de durabilité avec des destinations et des façons de voyager plus responsables et respectueuses du monde qui nous entoure.

Même pendant l'épidémie du Coronavirus, la cause environnementale est plus actuelle que jamais. Crédit photo : EyeEm

Comme Greta

Un an après le début de la pandémie, nous avons discuté avec cinq jeunes activistes sur le futur de notre planète

Nous vivons dans une période où nous réévaluons nos vies sous tous ses sens. Les choses qui nous inquiétaient auparavant ne sont plus si importantes. La pandémie a également mis en lumière l’impact que nous avons sur notre planète et a amplifié davantage le besoin de la protéger.

Pour un futur meilleur, de nombreux jeunes activistes aux quatre coins du monde ont rejoint la cause de Greta Thunberg, le visage non-officiel du mouvement. Nous avons interviewé cinq jeunes activistes inspirants sur leurs conseils pour des voyages plus responsables. Des astuces précieuses que nous pourrons suivre une fois que nous pourrons voyager à nouveau.

Les jeunes citoyens du monde entier continuent d’appeler à l’action via des supports en ligne. Crédit photo : EyeEm

Tolmeia Gregory, Cheltenham, Royaume-Uni

Tolmeia Gregory, 20 ans, est une blogueuse mode écoresponsable.

Quels sont tes conseils pour un voyage écolo ? « Nous avons besoin de financer davantage les transports en commun, et nous devons faire en sorte que les options de transport moins écologiques soient taxées. Je pense que sur le plan individuel, limiter le nombre de vols aux voyages essentiels (comme pour les visites familiales) et essayer d’utiliser les autres modes de transport aussi souvent que possible est un pas vers la bonne direction. Exigez une action climatique de toutes les manières possibles, comme vous le pouvez ! »

Comment restes-tu proactive au quotidien ? « Je travaille de près avec mon groupe local « Extinction Rebellion » (une organisation non-violente se focalisant sur l’écologie et la désobéissance civile). Je passe beaucoup de temps à travailler sur des projets à l’échelle locale et à organiser des actions afin de développer des idées qui feront bouger les choses. Avec les circonstances de la pandémie, j’ai commencé à me demander à quoi l’action climatique et l’activisme peuvent ressembler sur un plan personnel, et j’ai compris que mon travail d’artiste pouvait jouer un rôle important. »

Monika Poppy, Londres, Royaume-Uni

Monika Poppy est influenceuse et éditrice. Elle a suivi un parcours académique dans l’industrie pétrolière et gazière ainsi que dans le développement durable.

Quels sont tes conseils pour un voyage écolo ? « Je pense que l’innovation et la technologie font partie des grandes solutions. Poussez votre gouvernement et Le Conseil à agir, à développer et à investir dans des technologies innovantes et des énergies renouvelables. C’est ce qui va essentiellement nous sauver, puisque je pense que demander aux gens de « marcher plus » n’est pas toujours envisageable, [surtout pour ceux qui se déplacent] pour le travail. Vous pouvez participer activement à des votes ou signer des pétitions. Vous pouvez même participer [et investir] dans des technologies vertes et des investissements éthiques. »

Comment restes-tu proactive au quotidien ? « Je recommande de sortir en pleine nature ou bien une lecture sur l’écologie. Je pense qu’il est important de renouer avec la nature pour se souvenir pour quoi nous nous battons et ce que nous voulons préserver. Ça peut être plus difficile dans les villes métropolitaines. [Depuis le début de la pandémie], j’ai continué à sensibiliser mes followers aux produits et services que je considère de bonne qualité et [qui sont] tout aussi durables ».

David Wicker, Turin, Italie

David, 16 ans, est un activiste environnemental originaire du Susa Valley, proche de Turin en Italie. Depuis plus de deux ans, il participe chaque vendredi à des manifestations pour la justice climatique. 

Quels sont tes conseils pour un voyage écolo ? « Le plus important est de ne pas prendre l’avion et de choisir des modes de transport plus écologiques. »

Comment restes-tu proactif au quotidien ? « [Avec mes camarades de classe], nous participions à des manifestations hebdomadaires, et chaque manifestation était différente puisque nous essayions de traiter plusieurs aspects de l’urgence climatique. Nous avons notamment réussi à convaincre la mairie de Turin de faire une déclaration concernant cette urgence climatique. En raison des confinements, je n’ai pas pu rester actif parce que je vis un peu loin des grandes villes et c’est difficile de suivre. [Néanmoins], je reste toujours connecté et nous essayons à présent de réfléchir à ce qu’on peut faire pour le prochain sommet international du FFF. »

Holly Gillibrand, Fort William, Écosse

Holly, 15 ans, est chroniqueuse et ambassadrice du « Ré-ensauvagement d’Écosse », un groupe consacré à la protection de la faune et flore sauvage.

Quels sont tes conseils pour un voyage écolo ? « [Lorsque tout redeviendra normal], limitez vos trajets autant que vous le pouvez mais si vous avez besoin de vous déplacer, prendre le train, le bus ou le vélo, ou bien préférer la marche sont les options les plus écologiques. Laissez votre voiture au garage et ne prenez pas l’avion ou les bateaux de croisière : ce sont de vrais désastres environnementaux. »

Comment restes-tu proactive au quotidien ? « Nous devons tous être conscients de toutes nos décisions personnelles, comme par exemple ce que nous mangeons, achetons et comment nous voyageons. Nous avons aussi beaucoup de pouvoir concernant nos choix en tant que consommateur et nous devons reconnaître ce pouvoir et s’en servir autant que possible. Utilisez vos forces. Par exemple, j’adore écrire et je m’en sers pour sensibiliser autant que je peux à travers mes rubriques, articles et tribunes. »

Livia Van Heerde, Vienne, Autriche, et Londres, Royaume-Uni

Livia détient un bachelor scientifique en Science de l’Environnement et un master scientifique en Changement Climatique de l’University College de Londres. Elle partage son temps entre l’Autriche et le Royaume-Uni.

Quels sont tes conseils pour un voyage écolo ? « Je recommande fortement des destinations en séjour long pour rentabiliser vos trajets et explorer le plus d’endroits possible pour éviter d’y aller encore parce que vous n’avez pas pu tout voir. Je recommande aussi de réduire votre consommation de produits animaliers et d’éviter les produits emballés comme les bouteilles d’eau pour réduire votre empreinte carbone. Vous pouvez aussi compenser vos émissions de carbone. Il y a plein d’endroits où vous pouvez le faire. Assurez-vous de rechercher en avance et de trouver le meilleur [site internet pour cela]. »

Comment restes-tu proactive au quotidien ? « Après le début de la pandémie, nous avons ramené Fridays for Future dans nos maisons et nous étions encouragés à continuer notre activisme en ligne. Je participe à des interventions sur la durabilité et j’ai continué de partager des articles sur le changement climatique sur les réseaux sociaux.

J’en ai profité pour travailler sur de nouveaux projets et en améliorer d’autres en cours. Je consulte avec l’équipe Friday Nights (un événement d’art et de musique en collaboration avec l’UNICEF) pour les soutenir dans leur projet de devenir une série d’événements durables. 

[Il y a] un nouveau projet qui me tient très à cœur : une expérience nocturne basée à Vienne et à Londres, appelée Climate Nights, dont le but est de sensibiliser sur le changement climatique tout en collectant des fonds pour des projets environnementaux. »