En Sicile, la gastronomie et l’architecture vous couperont le souffle. Crédit : Shutterstock

Amoureux à la première bouchée

Des arancini à la cassata, découvrez pourquoi la nourriture a meilleur goût en Sicile
Published 04/01/2021 by Nora Cavaccini

L’Italie est connue pour sa riche culture culinaire et ceci ne peut être autant visible qu’en Sicile. Alors que les non-Italiens sont assez familiers avec la cuisine romaine et toscane, la Sicile jouit d’une histoire variée et animée qui la transforme en une capitale culinaire d’importance. Cette grande île méditerranéenne a été occupée par les Grecs, les Romains, les Arabes, les Normands et les Espagnols, qui ont tous laissé une trace dans l’identité, la culture, l’art, l’architecture et la gastronomie de la Sicile.

La pizza sicilienne est connue dans le monde entier, mais la gastronomie sicilienne, c’est plus que la sfincione. Sa cuisine remonte à des milliers d’années et inclut le meilleur de divers groupes qui y élurent domicile. 

Nous avons préparé un itinéraire pour vous faire découvrir les meilleurs plats siciliens, mettant en avant le lien avec la cuisine, la culture et le pays, tout en explorant certains coins moins connus de cette île séduisante.

Commencez votre épopée gourmande à Palerme, la capitale. Également connue comme « la ville la plus conquise de l’Histoire », Palerme jouit d’un grand nombre de traditions, reflétées dans son art et son architecture. La ville est également un haut lieu de la street food, avec une panoplie de vendeurs et de marchés à chaque coin de rue.

Ballarò et La Vucciria sont les plus populaires, avec des marchands criant « A Vanniata ! » pour attirer les passants aux délices, aux parfums et aux couleurs attendant d’être explorés. Vous y trouverez le meilleur de la cuisine de rue sicilienne ; des panelle (des beignets rectangulaires à base de pois chiches) aux fritelles (préparés à base de restes de viande de veau, bouillies puis frites, servies avec du pain et du citron).

Palerme

Mais le véritable chef-d’œuvre de la cuisine de rue en Sicile est l’arancina. Cette boulette de riz frite et garnie de viande hachée et d’haricots est extrêmement délicieuse. Les cuisiniers modernes suivent encore la vieille recette centenaire, venant des Arabes et des Normands. Ces premiers y ont emmené le risotto au safran, et les derniers étaient ceux qui donnaient une forme d’orange aux boulettes de riz.

Le secret d’une arancina parfaite ? Les grains de riz doivent être cuits al dente (vous devez sentir chaque grain lorsque vous croquez) ! En explorant la ville, n’oubliez pas de lever le regard : les fameuses dômes de Palerme—l’Église San Cataldo et Saint Jean des Ermites (San Giovanni degli Eremiti)—se dressent contre le ciel bleu et, avec leurs formes et couleurs, rappellent les arancini !


Depuis Palerme, rendez-vous à Trapani, qui se situe sur la côte ouest. La « ville entre deux mers » (Mer Méditerranée et Mer Tyrrhénienne), Trapani a un vieux centre élégant d’origine arabe. Depuis son port, vous pouvez vous rendre sur le merveilleux archipel des Îles Égades. La clarté et la couleur de l’eau mettent en avant les plats au poisson qui sont les stars incontestables de la cuisine des îles, et particulièrement le couscous alla trapanese.

Trapani

Les Arabes y ont emmené le couscous, mais cette recette reflète l’amour de la mer et des délices des Siciliens. La semoule est d’abord préparée puis mélangée dans une mafaradda (une sorte de tajine traditionnelle en céramique). Les grains sont décortiqués avec patience pour éviter qu’ils ne soient collants ou gluants. Le couscous est couvert d’un bouillon de poisson préparé à base de variétés locales : vivaneau, dorade, grondin perlon, poisson scorpion, morue, mullet, crustacés et mollusques. Le résultat ? Un plat intensément savoureux qui vous donnera l’impression de ne faire qu’un avec la mer qui vous entoure.

Mais la Sicile n’est pas uniquement synonyme de mer. L’arrière-pays sicilien est moins connu, mais tout aussi riche en saveurs et traditions antiques.

Direction Caltanissetta, au centre de la Sicile, où le cannolo siciliano, un des desserts les plus prisés des Italiens, aurait été inventé. D’après la légende, les nonnes auraient modifié une ancienne recette orientale de ce dessert qui était originellement préparé par le harem pour le sultan local. La pâte croustillante est garnie de ricotta crémeuse, de pépites de chocolat et de petits copeaux d’oranges confites. Arrivé en ville, commandez un cannolo espresso : le petit tube sera rempli sous vos yeux pour que la pâte conserve son croustillant.

Caltanissetta

La ricotta est également l’ingrédient de base de la cassata, la reine des pâtisseries siciliennes. Les grecs ont emmené la ricotta et les Arabes le quas’at, un grand plat rond dans lequel la cassata est préparée. Lorsque les Espagnols ont colonisé la Sicile, ils ont préparé ce gâteau en y ajoutant des fruits confits et en le décorant dans un style baroque, tout comme ils l’ont fait avec l’architecture locale.

Brûlez toutes ces calories en visitant le Castello di Pietrarossa. Bien qu’il soit dans un état de délabrement, c’est un des châteaux les plus importants de la Sicile grâce à son emplacement au sommet d’une colline, ce qui offre une vue spectaculaire sur les environs. La forme allongée et les blocs de pierre de la tour vous feront penser au cannolo, avec les petites bulles typiques de la pâte (dues à l’ajout de vinaigre).

Faites un détour sur la côte est, et plus précisément à Catane, nichée au pied du Mont Etna. La deuxième ville la plus grande de Sicile est une destination pleine de vie, remplie de chefs-d’œuvre baroques.

Catane

Le théâtre Massimo Bellini est un joyau incontournable, où les artistes tels que Maria Callas et Luciano Pavarotti entre autres s’y sont produits. Le théâtre est lié à jamais au compositeur local Vincenzo Bellini, qui est lui-même éternellement lié aux plus populaires des pâtes siciliennes : Pasta alla Norma.

Le théâtre a ouvert ses portes en 1890 avec l’opéra Norma de Bellini, et, d’après la légende, un chef cuisinier sicilien a créé un plat pour l’occasion, s’inspirant probablement du soprano Giuditta Pasta, qui était le personnage principal tragique de l’opéra.

Pasta alla Norma est un pilier de la cuisine sicilienne. Seulement quelques ingrédients sont nécessaires : du basilic frais, de l’ail, des tomates mûries sur pied, des aubergines frites et bien dorées, et de la ricotta salée râpée. Malgré sa simplicité, sa saveur méditerranéenne transforme le plat en un des plus gourmands d’Italie.

En parlant de théâtre, terminez votre aventure à Syracuse, connue pour ses édifices historiques, particulièrement son théâtre grec. Ici, la tradition trouve sa meilleure expression dans son massepain sicilien. 

Préparé à base de sucre et d’amandes fraîches, le massepain est un dessert sicilien considéré comme une forme d’art. Lors d’un long processus, le massepain est élaboré, confectionné et teinté afin d’obtenir des petites sculptures de fruits et de légumes comestibles. Pour voir ces petits délices de près et en déguster, entrez dans n’importe quelle pâtisserie à Syracuse, et pendant que vous y êtes, commandez une granita et une brioche pour un petit déjeuner sicilien traditionnel ! 

Syracuse

La cuisine sicilienne ne commence et ne finit pas avec les plats que nous avons mentionnés. Gardez toujours votre esprit et votre palais ouverts pour de nouvelles découvertes. Lancez-vous dans une aventure culinaire sans modération pour en profiter au maximum !